Approches

L’orthophonie

L’orthophonie touche un vaste domaine de « troubles », que chaque professionnel rééduque selon ses connaissances, ses spécialisations, ses compétences.

 
Il apparaît comme une évidence, dans la description suivante, que le mouvement, la parole, la pensée et le psychisme sont en interrelation permanente.  

Voici la définition de l’Orthophonie, selon la fédération nationale des orthophonistes FNO : 

L’orthophonie est une profession paramédicale. 

Elle consiste à prévenir, à évaluer et à traiter les difficultés ou troubles :

-du langage oral et écrit et de la communication,

-des fonctions oro-myo-faciales,

-des autres activités cognitives dont celles liés à la phonation, à la parole, au langage oral et écrit, à la cognition mathématique,

Elle consiste également à :

-à maintenir les fonctions de communication et de l’oralité dans les pathologies dégénératives et neuro-dégénératives,

-et à dispenser l’apprentissage d’autres formes de communication non verbale permettant de compléter ou de suppléer les fonctions verbales.

L’orthophonie s’attache aux dimensions plurielles du concept de langage, comme moyen d’expression, d’interaction et d’accès à la symbolisation dans toutes ses dimensions, notamment :

-dimensions linguistiques : préverbales, articulatoires, phonologiques, prosodiques, lexico-sémantiques, morphosyntaxiques, mais aussi habiletés discursives et pragmatiques, notamment dans la distinction énoncé/énonciation, …

-dimensions cognitives dépendantes des fonctions mnésiques, des fonctions exécutives, du raisonnement, des ressources attentionnelles et des cognitions sociales,

-dimensions psycho-affectives : le langage comme organisateur de la pensée et du psychisme,

-dimensions sociales : le langage comme vecteur de la socialisation et repère d’identité culturelle.

L’orthophonie s’intéresse également à toutes les altérations de la sphère oro-faciale sur les plans moteur, sensitif et physiologique, ce qui recouvre les altérations de phonèmes, les dysfonctions linguales, les troubles des modes respiratoires, la dysphagie, les troubles observés dans les paralysies faciales et les dysfonctionnements de l’appareil manducateur.

sit fringilla Lorem elementum Phasellus nec felis dictum leo.