Approches

La psychologie biodynamique

En Psychologie biodynamique, on focalise sur ce qui est sain chez la personne, plutôt que sur ses dysfonctionnements. Chez l’enfant, on peut dès le début de la vie éviter le plus possible les dysfonctionnements, accompagner l’enfant le plus pertinemment possible pour éviter que se développent trop de comportements problématiques.

Cette méthode de thérapie psychocorporelle appartient au courant des psychothérapies corporelles : Wilhelm Reich a eu la certitude qu’il y avait un lien corps-esprit et a développé un travail de thérapie avec le corps et la parole, pour obtenir un changement psychologique et des transformations du caractère.

Gerda Boyesen, la créatrice de la Psychologie biodynamique, s’est appuyée sur ces découvertes en alliant massages et parole au sein d’une même séance de thérapie (massages, végétothérapie, gestalt, constellations familiales, etc).

 Le corps et l’esprit sont considérés dans une même globalité, la névrose est comme enregistrée dans le corps.

En Psychologie biodynamique, on travaille avec la boucle émotionnelle: sensation, émotion, situation, expression. Les touts petits mouvements émergeant des profondeurs du corps (de l’endoderme) favorisent la sensation qui amène à l’émotion, puis à l’image et au souvenir de la situation. L’expression permet la prise de conscience pour terminer une boucle.

La Psychologie biodynamique suit la pulsation du vivant pour retrouver, redonner le mouvement de la vie.

L’objectif d’une thérapie en biodynamique est donc de permettre à l’organisme de rétablir sa capacité d’autorégulation, de digérer les tensions au fur et à mesure, et de les éliminer, pour qu’ensuite, ceci finisse par se faire spontanément.

La personnalité primaire est la partie de nous profondément vivante, la personnalité de base capable d’accueillir les événements de la vie. On parle aussi de noyau sain, doté d’une capacité d’autorégulation, qui permet d’accéder au bien-être indépendant.   L’enfant en cours de croissance développe une personnalité secondaire pour faire face à un environnement hostile ou peu accueillant, peu accompagnant. Des expériences négatives, difficiles, qui n’ont pas été intégrées chez l’enfant, ont des répercussions sur l’adulte qu’il devient, répercussions sur sa santé, ses capacités relationnelles, son bien-être. L’enfant se construit un système de défense (structure caractérielle) pour se protéger contre les situations traumatisantes répétitives. Ce système s’inscrit dans le corps et dans la psyché.

Cette personnalité secondaire permet à la personne de survivre mais l’entrave dans sa vie, en l’éloignant de son noyau sain. Reich a alors parlé de formation du caractère et de la cuirasse musculaire en fonction de cette personnalité secondaire. La personne s’en sert pour se protéger, de l’environnement mais aussi de ses propres émotions « malvenues » (pleurs, cris de colère…).

 

justo non velit, risus. commodo tempus at Praesent quis accumsan Aenean ipsum